Abhisit Vejjajiva a Seh Daeng dans le collimateur tandis qu’Anupong Paochinda reçoit le soutien des loyalistes de l’armée

Khattiya SawasdipolLe Premier ministre Abhisit Vejjajiva a demandé hier (30 janvier 2010) aux autorités de prendre au plus tôt des mesures contre le général de division Khattiya Sawasdipol, suite aux récentes déclarations de ce dernier à l’attention des juges et fonctionnaires travaillant sur le cas de la saisie des biens de Thaksin Shinawatra.

M. Vejjajiva a déclaré, en marge du Forum économique mondial de Davos, que les autorités thaïlandaises devraient examiner les remarques du général de division Khattiya Sawasdipol et décider s’il s’agissait de menaces, d’après l’agence de presse Thai News Agency.

Le général de division Khattiya Sawasdipol, aussi connu sous le surnom de Seh Daeng (le chef rouge), a récemment indiqué que les fonctionnaires, s’occupant du cas des 76 milliards de bahts d’actifs de l’ancien premier ministre destitué Thaksin Shinawatra, faisaient l’objet de menaces.

Il a répété ces commentaires vendredi, prétendant que des assassinats ont été planifiés contre les juges de la Division criminelle pour les détenteurs de positions politiques (Criminal Division for Holders of Political Positions) de la Cour suprême, les fonctionnaires de la Commission nationale de lutte contre la corruption (National Anti-Corruption Commission) et les membres du Comité d’observation des biens (Asset Scrutiny Committee) désormais dissout.

Khattiya Sawasdipol n’a pas précisé qui serait derrière ces complots meurtriers.

La Cour devrait rendre son verdict le 26 février prochain.

Selon le vice-premier ministre Suthep Thaugsuban, l’avertissement du général de division Khattiya Sawasdipol serait sans fondement.

Khattiya Sawasdipol a, en plusieurs occasions, critiqué le Commandant en chef de l’Armée et est suspecté d’être impliqué dans l’affaire de l’attaque à la grenade, survenue il y a deux semaines, d’un bâtiment abritant le bureau du général Anupong Paochinda.

Plusieurs unités de l’Armée dans tout le pays ont renouvelé leur allégeance au général Anupong Paochinda et ont demandé que des mesures soient prises à l’encontre de Khattiya Sawasdipol, connu pour être un partisan de Thaksin Shinawatra.

Demain, environ 1000 soldats du Centre des forces spéciales (Special Warfare Centre) de Lop Buri devraient se rassembler pour manifester leur soutien au général Anupong Paochinda.

Tous les officiers et sous-officiers, ainsi que l’ensemble des employés du centre, se joindront à cette manifestation pour condamner les agissements irrespectueux du général de division Khattiya Sawasdipol vis-à-vis du Chef des Armées Anupong Paochinda, a assuré Suphawut Uttama, le commandant du centre.

« Ce rassemblement est nécessaire pour montrer que les soldats des forces spéciales n’approuvent pas les actions de Seh Daeng », a ajouté le général de division Suphawut Uttama.

Source : Bangkok Post (article mis en ligne le 31 janvier 2010)

Les membres des chemises rouges d’Udon Thani prêts à se battre contre un coup d’état militaire

Les membres des chemises rouges d’Udon Thani sont prêts à se battre contre un coup d’état militaire a déclaré vendredi après-midi (29 janvier 2010) Kwanchai Praiphana, le dirigeant de Khon Rak Udon (les gens qui aiment Udon).

Près de 300 membres du groupe se réunissent autour de la station de radio communautaire à Udon Thani tous les jours pour la protéger contre une éventuelle saisie par les autorités, assure-t-il.

« Si un coup d’état se produit, alors les chemises rouges, chacun avec une bouteille d’essence, vont immédiatement faire le siège des bureaux provinciaux du pays », a déclaré M. Praiphana. Il a prétendu qu’un groupe de « guerriers noirs » a été formé pour cette mission.

Il a également affirmé que l’ancien premier ministre Thaksin Shinawatra prévoit de visiter le Cambodge à la fin du mois prochain et que ce dernier avait demandé aux chemises rouges d’être patients car il ne voulait pas de démonstrations de violence.

Source : Bangkok Post (article mis en ligne le 29 janvier 2010)

Phitsanulok : une mère se noie après avoir sauvé ses 4 enfants

PHITSANULOK – une mère de famille s’est noyée ce vendredi (29 janvier 2010) dans une rivière après avoir réussi à mettre ses quatre enfants en sécurité.

Les enfants ont entre trois et onze ans.

« Maman nous a aidé à attraper une perche en bambou avant de disparaître », a déclaré Chanchai Kruaboon, l’enfant le plus âgé.

Ounruen Kerdpin, une passante âgée de 50 ans, a expliqué qu’elle avait vu un pickup se précipiter dans la rivière et a ensuite tendu une perche en bambou en direction des victimes de l’accident.

« En tout, j’ai pu sauver quatre enfants et un homme », a précisé Ounruen.

L’homme, Somsak Kruaboon, a été gravement blessé. Il est le père des quatre enfants et conduisait le pickup au moment de l’accident.

Source : The Nation (article mis en ligne le 29 janvier 2010)

Conflit frontalier : un clash a eu lieu entre des troupes khmères et thaïes à proximité du temple de Preah Vihear

Preah VihearPHNOM PENH – Des soldats cambodgiens et thaïlandais ont échangé des coups de feu tôt ce dimanche matin (24 janvier 2010), à 20 kilomètres d’un site antique disputé, situé à la frontière nord du Cambodge, a annoncé un porte-parole du ministère cambodgien de la Défense.

Le général Chhum Socheat a déclaré à l’agence de presse allemande DPA (Deutsche Presse Agentur) que l’escarmouche s’est produite dans la matinée, au moment où Hor Namhong, le ministre cambodgien des Affaires étrangères, visitait le temple de Preah Vihear datant du 11ème siècle.

Selon Chhum Socheat, les militaires thaïlandais avaient franchi 200 mètres à l’intérieur du territoire cambodgien et se trouvaient non loin d’un village abandonné, à 20 kilomètres du temple, quand ils ont rencontré des soldats cambodgiens.

« Quand ils ont vu nos soldats, ils ont tiré sur eux et après la riposte de ces derniers, le combat a cessé », a-t-il dit, ajoutant que les troupes thaïlandaises se sont ensuite retirées.

Chhum Socheat a affirmé qu’aucun soldat cambodgien n’avait été blessé ou tué, mais qu’il ne savait pas si les troupes thaïlandaises ont subi des pertes.

Il a indiqué qu’il ne s’attendait pas à ce que de nouveaux combats éclatent prochainement puisque les officiers supérieurs des deux côtés de la frontière ont pu discuter ensemble depuis l’incident.

« Tout est calme à présent ; ils ont résolu le problème par téléphone », a-t-il assuré.

Plus tard dimanche soir, le ministère cambodgien des Affaires étrangères a précisé que Hor Namhong ignorait au cours de sa visite qu’un clash avait lieu à proximité, et qu’il était depuis retourné à Phnom Penh.

Les relations entre les deux nations sont tendues depuis plus d’un an et plusieurs escarmouches sporadiques ont eu lieu entre les troupes patrouillant à proximité du secteur disputé aux alentours du temple. Une grande partie de la frontière entre les deux pays doit encore être délimitée.

Les relations diplomatiques se sont fortement dégradées en octobre dernier quand le Cambodge a nommé conseiller gouvernemental Thaksin Shinawatra, l’ancien premier ministre en fuite de la Thaïlande.

Source : The Nation (article mis en ligne le 24 janvier 2010)

L’UDD annule les rassemblements prévus à l’aéroport de Suvarnabhumi et à l’hopital Siriraj à Bangkok

Une réunion des membres clés du mouvement antigouvernemental UDD (United front for Democracy against Dictatorship) a consenti à mettre en attente les actions de protestation prévues à l’aéroport de Suvarnabhumi (à Bangkok), a annoncé son principal leader, Suporn Atthawong, ce vendredi (22 janvier 2010) après-midi.

« Il a été également décidé, au cours de notre réunion, d’abandonner le projet d’en référer à sa majesté le roi concernant le cas d’empiétement sur une réserve forestière par le conseiller privé Surayud Chulanont, parce que l’UDD a déjà beaucoup d’autres actions en cours », a ajouté M. Atthawong.

Les chemises rouges avaient prévu de protester à l’extérieur de l’hôpital Siriraj où Sa Majesté récupère d’une infection pulmonaire.

Les responsables de l’UDD se rencontreront de nouveau pour discuter des prochaines actions à mener après la fin de la protestation de ce week-end contre l’empiétement sur une réseve naturelle à Chanthaburi par le parcours de golf du Soi Dao Highland Golf Club, a-il dit.

Source : Bangkok Post (article mis en ligne le 22 janvier 2010)

De fortes pluies et une faible visibilité obligent un avion de la compagnie Thai Airways à atterrir à Udon Thani au lieu de Khon Kaen

Khon Kaen – De lourdes averses, ayant entraîné une faible visibilité à l’aéroport ce vendredi matin, ont forcé un avion de passagers de la compagnie aérienne Thai Arways International à se poser à Udon Thani.

Atthaya Larpmak, le responsable de l’aéroport de Khon Kaen, a indiqué qu’il pleuvait à verse sans discontinuer depuis jeudi matin.

Il a précisé que le vol TG040 de la Thai Airways a décollé à 6 heures 15 de l’aéroport international de Suvarnabhumi (à Bangkok), et qu’il devait normalement se poser à Khon Kaen à 7 heures 10.

Mais la faible visibilité a forcé l’avion à se détourner vers l’aéroport d’Udon Thani où il a atterri à 9 heures 40.

Source : The Nation (article mis en ligne le 22 janvier 2010)

Les auteurs de l’attaque du quartier général de l’Armée voulaient faire les gros titres des journaux

Anupong PaochindaLe Premier ministre Abhisit Vejjajiva a confirmé jeudi (21 janvier 2010) qu’un attentat à la bombe avait eu lieu la semaine dernière au quatier général de l’Armée, non loin du bureau du Commandant en Chef, le Général Anupong Paochinda.

M. Vejjajiva a déclaré qu’il avait déjà vérifié les informations disponibles sur cet attentat. L’heure choisie pour l’attaque laisse supposer que le but de celle-ci n’était pas de blesser quiconque, mais plutôt de causer la frayeur.

« Les auteurs de cet attentat semblent avoir voulu faire parler d’eux dans les journaux. Mais en fait, aucun n’a été informé quand l’attaque s’est produite. Cela a été découvert plus tard », a indiqué le Premier ministre.

Une grenade M-79 a été tirée le 14 janvier dernier vers 3 heures du matin, à proximité du bureau d’Anupong Paochinda au quartier général de l’Armée. Suite à cet attentat, la sécurité a été renforcée autour du général, de sa famille et de sa résidence.

Anupong Paochinda n’a pas voulu rapporter l’attaque mercredi passé.

Depuis, le Colonel Sansern Kaewkamnerd, porte-parole de l’Armée, a informé les journalistes de l’attaque et a précisé que des officiers ont été envoyés pour examiner le site de l’attentat.

« Toutefois, la bombe a frappé une salle de gymnastique et non pas le bureau du chef des armées », a-t-il signalé. Il a nié que l’Armée avait essayé de dissimuler l’attaque, expliquant que les militaires ont simplement l’habitude de taire ce qu’on le leur demande pas.

Source : The Nation (article mis en ligne le 21 janvier 2010)

Manifestations antigouvernementales : la crainte d’un nouveau blocage des aéroports fait chuter la bourse thaïlandaise de 1,39 %

Des chefs d’entreprise et des analystes ont fait part de leurs inquiétudes ce mardi (19 janvier 2010) à propos des conséquences sur l’économie du pays si les aéroports étaient de nouveau pris en otage dans un prochain épisode du feuilleton politique thaïlandais.

La bourse de Bangkok a chuté de 1,39 % hier, suite à l’annonce d’un possible rassemblement de chemises rouges (partisans de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra) à l’aéroport de Suvarnabhumi.

Des porte-parole du Front Uni pour la Démocratie contre la Dictature (United front for Democracy against Dictatorship ou UDD), un groupe dirigé par des partisans de Thaksin, ont assuré que la manifestation, prévue en principe pour la semaine prochaine, ne devrait pas perturber les opérations aéroportuaires ni les passagers.

Mais l’inquiétude se propage rapidement et l’on craint que la manifestation soit le prélude à une resucée des évènements survenus en novembre et décembre 2008, quand les chemises jaunes de l’Alliance du Peuple pour la Démocratie (People’s Alliance for Democracy ou PAD) ont provoqué la fermeture pendant 8 jours de l’aéroport de Suvarnabhumi, ce qui a subséquemment entraîné la démission du gouvernement dirigé par le Parti du Pouvoir du Peuple (People’s Power Party ou PPP), successeur du Thai Rak Thai, le parti fondé par Thaksin Shinawatra.

Satit Rungkasiri, le directeur général du bureau de la politique fiscale (Fiscal Policy Office) du ministère des Finances, a prévenu qu’une fermeture de l’aéroport serait comparable à un « suicide national ».

« Si l’aéroport est fermé en raison de protestations politiques, cela aura des conséquences économiques aussi graves qu’à Map Ta Phut (dans la province de Rayong, où de nombreux projets industriels ont été suspendus). Personne, ni aucun pays, ne pourrait accepter une seconde fermeture de son aéroport principal », a-t-il affirmé.

Serirat Prasutanond, le président des Aéroports de Thaïlande (Airports of Thailand), a demandé publiquement aux chemises rouges de renoncer à cette manifestation.

« Toute protestation aura certainement un impact négatif sur notre industrie touristique et l’image de notre pays. Nous avons payé très cher la fermeture de l’aéroport en 2008. Alors, s’il vous plaît, ne laissez pas cela se reproduire », a-t-il déclaré.

Prakit Chinamourphong, le président de l’Association des hôtels thaïlandais (Thai Hotels Association), assure pour sa part que l’image de la Thaïlande dans le monde serait « détruite » si l’aéroport était fermé.

« Le gouvernement doit tout faire pour protéger l’aéroport, même si cela implique des mesures draconiennes », a-t-il dit.

Source : Bangkok Post (article publié le 20 janvier 2010)

Un million de Thaïlandais endettés auprès d’usuriers locaux demandent l’aide du gouvernement

Près d’un million de personnes, endettées auprès d’usuriers locaux pour un montant totalisant un peu moins de 105 milliards de bahts, se sont inscrites le mois dernier au plan gouvernemental d’allègement des dettes, a annoncé dans la soirée du 18 janvier 2010 une source au Ministère de l’Intérieur.

Le plus grand nombre de débiteurs se trouve à Bangkok avec 67362 inscrits, dont le total des dettes s’élève à 6,25 milliards de bahts.

On dénombre ensuite 60719 inscrits à Surin qui doivent 6,30 milliards de bahts au total, 47923 débiteurs pour une dette globale de 5,35 milliards de bahts à Nakhon Ratchasima, 36607 personnes devant 3,84 milliards de bahts à Si Sa Ket et 32910 débiteurs totalisant 3,41 milliards de bahts de dettes à Ubon Ratchathani.

Le plus petit nombre de débiteurs a été enregistré à Samut Songkram avec 1611 personnes dont la dette atteint 170,6 millions de bahts, puis viennent ensuite Ranong avec 1777 débiteurs et une dette de 178,7 millions de bahts, Trat avec 1822 débiteurs devant quelque 202,4 millions de bahts ; on compte 2,545 personnes à Mae Hong Son endettées pour un montant de 273,8 millions de bahts environ et plus de 2557 personnes à Sing Buri qui doivent 270,9 millions de bahts.

Après que le Ministère des Finances aura reçu l’ensemble des informations le 1er février 2010, les fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur vont contacter les provinces et les districts du 1er au 15 février pour obtenir plus de détails sur les dossiers et fixeront des rendez-vous pour des pourparlers entre les créanciers et leurs débiteurs.

Ces négociations de rachat de dettes devraient s’effectuer à un rythme d’environ 25 % de dossiers traités par mois, du 16 février au 16 juin 2010.

Source : The Nation (article publié le 19 janvier 2010)

Outlet Mall va investir 500 millions de bahts pour ouvrir un ensemble de magasins d’usine à Udon Thani

La compagnie Outlet Mall, une filiale du groupe Pena House, va dépenser 500 millions de bahts pour développer un complexe de magasins d’usine haut de gamme à Udon Thani cette année.

Le directeur général, Pichej Pongpitakmetha, a précisé que cet ensemble est en construction sur un terrain d’une superficie de 12 raïs (un raï équivaut à 1600 m²) donnant sur le périphérique, entre les établissements Index Living Mall (mobilier et décoration) et Home Pro (matériels pour la maison).

Premium Outlet Udonthani, un complexe de style contemporain, s’ouvrira au cours du troisième trimestre cette année, avec une surface commerciale de 5000 mètres carrés et 120 locataires offrant de multiples produits, tels que des vêtements, des chaussures, des équipements de golf et des articles ménagers.

« Nous avons décidé d’ouvrir notre complexe de magasins à Udon Thani parce que c’est la capitale d’une province de 1,6 millions d’habitants, septième du pays en termes de population », a-t-il déclaré. La ville d’Udon Thani est située près de Khon Kaen, Sakon Nakhon, Kalasin, Loei, Nong Khai, Nong Bua Lam Phu et attire avec sa province 2 millions de touristes par an.

Le revenu moyen dans la province d’Udon Thani est de 45 000 bahts par an environ, avec deux tiers de la population active travaillant principalement dans l’industrie plutôt que dans l’agriculture. M. Pichej Pongpitakmetha estime qu’il devrait y avoir quotidiennement de 2000 à 2500 visiteurs en semaine et de 6000 à 7000 pendant les week-ends au Premium Outlet Udonthani. La compagnie escompte voir ce centre commercial atteindre l’équilibre financier dans six ou sept ans. Elle envisage d’ouvrir un autre complexe de ce type à Bang Pa-in, dans la province d’Ayutthaya, en 2011 ou 2012.

Les ventes de la compagnie Outlet Mall ont atteint 1,8 milliards de bahts l’an dernier, soit environ 12 % de mieux qu’en 2008. Cette croissance est supérieure à la norme de 8 à 10 % dans ce secteur, malgré la crise, car les Thaïs ont plus voyagé localement. Les dépenses par personne ont également augmenté ; elles atteignent actuellement 3000 à 5000 bahts, contre 2000 à 3000 bahts précédemment. Le groupe Pena House, fabricant et importateur de marques de mode, a diversifié ses activités ces cinq dernières années suite à l’intensification de la concurrence sur le marché des textiles.

Outlet Mall a actuellement des magasins d’usine à Pattaya, Cha-am, Khao Yai, Krabi et Phuket.

Source : Bangkok Post (article publié le 19 janvier 2010)