Échanges de coups de feu entre soldats cambodgiens et thaïlandais à la frontière

PHNOM PENH – Samedi (17 avril 2010), des soldats cambodgiens et thaïlandais ont échangé brièvement des coups de feu à la frontière, ont annoncé des officiels des deux pays.

La fusillade a duré environ 15 minutes, mais il n’y a eu aucun blessé, a déclaré à l’AFP Chhum Socheat, le porte-parole du ministère cambodgien de la Défense.

« Alors que nos troupes patrouillaient à la frontière, des soldats thaïlandais ont ouvert le feu sur eux. Ensuite, nos soldats ont riposté. »

Il a expliqué que les troupes des deux côtés ont fait feu avec leurs fusils, lancé des grenades et tiré des roquettes, mais que le calme était revenu après une réunion entre le commandant militaire local cambodgien et son homologue thaïlandais pour la région.

L’armée thaïlandaise a confirmé les faits.

« C’était un malentendu et personne n’a été blessé dans l’affrontement », a déclaré un officier de l’armée thaïlandaise qui a demandé à rester anonyme.

L’escarmouche a eu lieu en dehors du site du temple de Preah Vihear.

Source : Bangkok Post (article mis en ligne le 18 avril 2010)

Un Australien meurt des suites d’une attaque crapuleuse à Prasat (province de Surin)

Un touriste australien est mort après avoir été agressé en Thaïlande. Ses funérailles ont eu lieu le 16 avril 2010 à Adélaïde, en présence de sa famille et de sa compagne thaïlandaise, Som, enceinte de 6 mois.

Andrew Oake, 28 ans, était en vacances depuis deux mois avec sa petite amie à Prasat, près de Surin, dans le nord-est de la Thaïlande.

Il y a environ quatre semaines, alors que le couple se déplaçait de village en village, ils ont été pris à partie par deux hommes à moto. Som a couru chercher du secours alors que M. Oake était blessé au bras et la tête par une machette dans ce qui semble avoir été une tentative de braquage.

Roy Oake, le père de la victime, a déclaré que son fils avait d’abord été emmené dans un hôpital proche, mais, comme les tendons de son bras étaient sectionnés, il a été envoyé à Bangkok pour une opération chirurgicale.

M. Oake a dit qu’il y avait un risque que son fils perde son bras, mais que sa compagnie d’assurance-voyage l’avait poussé à quitter l’hôpital très peu de temps après l’opération.

Andrew est retourné à Prasat, mais plus tard, une autre opération s’est avérée nécessaire et a eu lieu à Bangkok pour traiter une infection qui s’était développée dans le bras.

À ce stade, explique M. Oake, la compagnie d’assurance a ordonné à son fils de retourner se faire soigner en Australie, sinon, elle arrêterait de prendre en charge les dépenses hospitalières.

Andrew est décédé dans le mini-bus qui le ramenait à Prasat où il devait récupérer son passeport.

M. Oake, qui est arrivé cette semaine en Thaïlande avec le frère et la mère de son fils, a déclaré qu’il espérait que l’assurance de son fils dédommage et aide Som et le bébé.

« Je leur avais dit qu’il n’était pas en état de voyager », affirme-t-il.

« Il était fatigué, il avait mal, il ne pouvait vraiment pas se déplacer. »

Le couple avait été marié l’année dernière selon le rite coutumier par des moines locaux.

Leur ami Travis Senne, un américain vivant en Thaïlande, a indiqué que la police n’avait toujours pas arrêté les agresseurs plusieurs semaines après l’attaque dans ce district habituellement très calme.

« Prasat et sa région sont tellement paisibles ! Ce n’est pas une grande ville ou une zone dangereuse. », a-t-il déclaré.

« Andrew était quelqu’un de droit, un homme honnête et responsable. »

« Il avait des projets pour lui et sa famille, mais on ne lui a malheureusement pas donné le temps pour les réaliser ».

Une porte-parole du Département australien des Affaires étrangères a indiqué que son bureau était en contact avec la famille de la victime et qu’il lui apporterait toute l’aide consulaire nécessaire.

« La cause du décès sera déterminée par les autorités thaïlandaises », a-t-elle précisé.

Source : Sydney Morning Herald (article paru le 15 avril 2010)

212 morts sur les routes de Thaïlande pendant Songkran

Il y a eu 521 accidents de la route le 15 avril (2010), quatrième jour de la semaine des vacances de Songkran (nouvel an traditionnel thaïlandais), qui ont causé 46 décès et blessé 585 autres personnes, a annoncé ce vendredi Phaijit Varachit, le secrétaire permanent à la Santé.

Ce sont au total 2515 accidents de la route qui ont été signalés au cours des quatre premiers jours des festivités, soit 47 de plus que l’an dernier. On dénombre 212 décès confirmés, huit de moins qu’en 2009, et 2734 blessés, 76 de plus qu’à la même période l’année dernière, a précisé M. Varachit.

La conduite en état d’ivresse et la vitesse excessive sont les causes principales des accidents de la route, a-t-il ajouté.

C’est dans la province de Nakhon Ratchasima qu’on déplore le plus grand nombre de morts avec 12 décès, tandis que les provinces de Nakhon Si Thammarat et Phitsanulok se partagent le triste record du nombre de blessés avec 110 chacune.

C’est également dans la province de Phitsanulok que le plus grand nombre d’accidents de la route a été enregistré au cours des quatre derniers jours, avec un total de 98.

Source : Bangkok Post (article mis en ligne le 16 avril 2010)

Sa Majesté la reine de Thaïlande regrette la mort du colonel Romklao Thuwatham

Sa Majesté la reine de Thaïlande a déclaré ce lundi (12 avril 2010) déplorer la mort du colonel Romklao Thuwatham, qui fait partie des cinq militaires tués lors des affrontements avec les manifestants antigouvernementaux samedi soir (10 avril 2010).

La reine a exprimé ses regrets alors qu’elle présidait le rite funéraire bouddhique de baignade, organisé sous le patronage royal, en l’honneur du colonel au temple Thepsirin à partir de 17 heures 45. Le colonel était le chef adjoint du personnel de la 2nde division d’infanterie de la Garde Royale.

Sa Majesté la reine était accompagnée de Son Altesse Royale le Prince héritier Maha Vajiralongkorn.

Le Premier ministre Abhisit Vejjajiva, le vice-premier ministre Suthep Thaugsuban, le Commandant suprême des forces armées, le général Songkitti Jaggabatara, ainsi que plusieurs militaires de haut rang ont accueilli Sa Majesté la reine et le Prince héritier au temple.

Source : The Nation (article mis en ligne le 12 avril 2010)

Le chef de la police thaïlandaise admet des lacunes dans les mesures de sécurité prises

BANGKOK – Le chef en exercice de la police nationale a admis que les forces de l’ordre manquaient de ressources pour assurer correctement la sécurité générale. Il s’est cependant abstenu d’indiquer si, selon lui, la situation actuelle risque de se détériorer.

Le général Pateep Tanprasert, chef en exercice de la police nationale thaïlandaise, estime que les forces de l’ordre peuvent efficacement maintenir la sécurité autour du rassemblement des chemises rouges, car tous les services concernés collaborent à cette mission.

Cependant, il ne sait pas si les manifestations vont se prolonger jusqu’aux vacances de Songkran (nouvel an traditionnel thaïlandais) et ne peut pas affirmer qu’il n’y aura cette fois aucun incident violent comme ceux qui se sont produits en avril l’an dernier.

Le général Pateep Tanprasert a également exprimé ses inquiétudes à propos de la récente série d’attentats à la grenade dans le pays. Il a dit que la police manquait de ressources pour sécuriser tous les secteurs sensibles, malgré la mise en place de nombreuses patrouilles.

À propos des investigations en cours sur les dernières attaques à la grenade, le chef de la police est persuadé que les responsables devront bientôt répondre de leurs actes devant la Justice, mais il a refusé de préciser sous quels délais.

Pateep Tanprasert affirme que l’enquête a fait beaucoup de progrès, mais n’a pas donné plus de détails.

Il a aussi précisé que le commandant du Bureau de la police métropolitaine (Metropolitan Police Bureau) ne subira pour l’instant aucune sanction disciplinaire pour n’avoir pas pu prévenir les attentats, car les récentes attaques diffèrent des cas précédents et l’enquête n’est pas encore terminée.

Pateep Tanprasert a aussi parlé de la décision de la Commission de la police nationale de rétablir provisoirement dans leurs fonctions le commandant du bureau provincial de la police dans la région 4, le général de corps d’armée Suchart Muenkaew et le commandant du bureau provincial de la police à Udon Thani, le général de division Permsak Paradonsak. La police rechercherait des postes vacants pour eux.

Le général Suchart Muenkaew avait été suspendu de ses fonctions pour n’avoir pas pu empêcher le désordre au moment des manifestations de l’Alliance du Peuple pour la Démocratie (People’s Alliance for Democracy ou PAD) au Parlement le 7 octobre 2008, tandis que le général Permsak Paradonsak avait subi une sanction similaire pour n’avoir pu prévenir des heurts entre des groupes de chemises rouges et de chemises jaunes à Udon Thani [le 24 juillet 2008].

Source : The Nation (article mis en ligne le 2 avril 2010)

Un sexagénaire irlandais a été retrouvé mort dans la province de Khon Kaen

KHON KAEN – Un Irlandais âgé de 60 ans a été retrouvé mort lundi (29 mars 2010) dans la chambre qu’il louait dans cette province du nord-est de la Thaïlande.

La police a déclaré que le corps boursouflé d’Alan Byrne a été découvert à 10 heures du matin dans la chambre qu’il occupait au deuxième étage du dortoir de l’auberge Lam Inn, dans le district de Chum Pae.

La police pense que la mort de l’homme remonte à cinq jours. Son corps a été transporté à l’hôpital Srinakharin pour une autopsie.

L’homme louait cette chambre depuis le 27 janvier 2010.

L’enregistrement vidéo de la caméra de surveillance montre l’homme pénétrant dans le dortoir le 24 mars 2010. Il n’en serait pas ressorti de son vivant.

Source : The Nation (article mis en ligne le 29 mars 2010)

Udon Thani : un chauffeur de songthaew a été assassiné

UDON THANI, le 22 mars 2010 – Le corps d’un homme de 48 ans a été retrouvé à côté de son songtaew (pickup aménagé en taxi collectif) opérant sur le trajet n°16. Le chauffeur assassiné présentait d’importantes blessures à la tête. La police a identifié l’homme. Il s’agirait de Monsieur Thong, du district de Nong Bua, dans Udon Thani. Il serait mort environ 8 heures avant l’arrivée des policiers.

L’enquête préliminaire a révélé que M. Thong était rentré chez lui après avoir participé à une manifestation des chemises rouges le 19 mars 2010. Sa femme a déclaré qu’il avait beaucoup bu les nuits suivantes, qu’il aimait se vanter d’avoir couché avec plusieurs femmes et une nuit, il aurait été impliqué dans une bagarre. On l’a retrouvé mort dans la matinée du 22.

Les policiers poursuivent leurs investigations.

Source : Udon Map (article mis en ligne le 23 mars 2010)

Udon Thani : quelques faits divers s’étant déroulés dans la semaine du 18 au 25 mars 2010

- La Croix-Rouge thaïlandaise a donné de l’argent et des cadeaux à un foyer de personnes handicapées qui a été endommagé par un incendie.

- L’équipe de paintball d’Udon Thani s’est préparée pour le championnat de cette discipline prévu à Bangkok (du 27 au 28 mars 2010).

- Une mère de famille est accusée d’avoir assassiné un homme trouvé mort près de son songthaew (pick-up aménagé en taxi collectif).

- Un adolescent âgé de 18 ans, originaire du village de Pho Sawang, se pend suite à un différend avec ses parents au sujet de son mariage.

- Des jeunes de 14 ans ont été arrêtés pour s’être introduits dans des maisons et y avoir volé des biens pour une valeur de 1 à 2 millions de bahts sur une courte période.

- La police a arrêté une bande de trafiquants de drogue dans une maison de la rue Adunyadet. La bande achetait du yaba (méta-amphétamine), du cannabis et de l’alcool de contrebande à Nong Khai pour les revendre à Udon Thani.

- Un voleur de voitures et de motos, âgé de 18 ans, a été arrêté. L’homme a déjà été appréhendé pour un crime similaire dans le passé et fait maintenant face à une condamnation de 4 ans de prison.

- 3 jeunes hommes ont été arrêtés pour vente de yaba (méta-amphétamine) et agression sexuelle sur une fleuriste de 32 ans.

- La police a arrêté deux femmes (de 26 et 44 ans) qui vendaient de le poudre de méta-amphétamine. La drogue a été achetée à Bangkok pour être revendue à Udon Thani.

Source : Udon Map (informations mises en ligne le 25 mars 2010)

Le gouvernement et les chemises rouges s’accusent mutuellement après les attaques à la grenade au ministère thaïlandais de la Santé

Des grenades ont explosé au ministère de la Santé publique juste une demi-heure après l’ajournement d’une réunion du cabinet ministériel, engendrant une guerre verbale entre le gouvernement et l’armée d’un côté, et des responsables du mouvement des chemises rouges de l’autre.

Suite aux deux explosions survenues hier (23 mars 2010) après-midi, l’armée a décidé d’adjoindre immédiatement 13 000 soldats supplémentaires à la force qui assure la sécurité dans la capitale thaïlandaise, et 17 000 autres hommes sont prêts à incorporer rapidement ce contingent si nécessaire.

Selon Panitan Wattanayagorn, le porte-parole du gouvernement, les auteurs de l’attentat, qui a eu lieu dans le parking de l’Institut des urgences médicales (Emergency Medical Institute) du ministère de la Santé, cherchaient à exposer des éventuelles lacunes dans les dispositions prises par l’État pour assurer la sécurité.

Le parking est situé à 700 mètres d’un bâtiment où le Premier ministre Abhisit Vejjajiva et son cabinet étaient en pourparlers jusqu’à environ 30 minutes avant les explosions.

Personne n’a été blessé par les déflagrations.

L’armée et la police ont déployé plus de 34 500 hommes pour maintenir l’ordre public à Bangkok depuis le 12 mars 2010, quand le Front Uni pour la Démocratie contre la Dictature (United Front for Democracy against Dictatorship ou UDD) a lancé sa grande manifestation pour pousser le gouvernement actuel à dissoudre l’assemblée nationale et ainsi provoquer de nouvelles élections.

Sansern Kaewkamnerd, le porte-parole de l’armée et du CAPO (Centre for the Administration of Peace and Order), l’entité responsable du maintien de la paix et de l’ordre, a déclaré que les instigateurs de l’attaque à la grenade souhaitaient discréditer le gouvernement avec cet attentat.

« L’intention est de discréditer le gouvernement… », a-t-il dit.

« Le grand public subit la pression. Des gens innocents sont tenus en otage. Le CAPO condamne ceux qui sont derrière cette attaque. »

Il a démenti les rumeurs selon lesquelles l’attentat aurait été en fait fomenté par le gouvernement.

« Ce n’est pas l’action de fonctionnaires du gouvernement pour créer une situation [pouvant justifier des mesures répressives]. L’attaque n’a pas pu se produire pendant la réunion du cabinet parce que nous avions déployé des soldats à l’extérieur. Mais il y a eu une opportunité lorsque nous avons retiré les forces de sécurité de ce secteur. »

Natthawut Saikua, l’un des chefs des chemises rouges, a accusé la coalition au pouvoir d’être à l’origine des attaques à la grenade pour essayer d’entacher le mouvement antigouvernemental. Constatant que les grenades ont explosé seulement après la réunion du cabinet, il se demande si les instigateurs de l’attentat sont réellement des adversaires du gouvernement.

Il y a eu aussi une attaque à la grenade dans Chiang Mai hier (23 mars 2010), mais le projectile n’a pas explosé.

Ces attentats se sont produits le jour où le gouvernement approuvait l’extension de la loi de sécurité intérieure (Internal Security Act ou ISA) jusqu’à mardi prochain (30 mars 2010).

Le général de division Khattiya Sawasdipol, un partisan de l’ancien premier ministre destitué Thaksin Shinawatra, plus connu sous le surnom de Seh Daeng (le chef rouge), a nié être derrière les attaques au ministère de la Santé, mais a averti qu’il pourrait y avoir d’autres attentats visant les administrations et agences gouvernementales, car ce sont des symboles de l’amataya (l’élite bureaucratique).

Quelques heures après les événements au ministère de la Santé, le commandement des opérations de sécurité intérieure (Internal Security Operations Command ou ISOC), présidé par le Premier ministre, a tenu une réunion et a consenti à porter le nombre de policiers et de soldats assurant le maintien de l’ordre dans Bangkok et sa périphérie à 47 000 pendant la période de prolongation de l’ISA.

Des soldats en provenance de Nakhon Ratchasima, Kanchanaburi et Prachin Buri ont fait leur entrée dans Bangkok, a indiqué une source. L’Isoc a également mobilisé 17 000 autres soldats et policiers, qui sont prêts à intervenir depuis leurs unités respectives.

Les explosions de grenades au ministère de la Santé ont endommagé les fenêtres et les pneus de trois voitures, ainsi que le toit du parking. La police s’est rapidement rendue sur place pour récupérer, à des fins d’investigation, les éclats de grenade et les enregistrements des caméras du circuit fermé de vidéosurveillance installé le long de la voie express voisine.

L’enquête préliminaire a permis de déterminer que les grenades ont été tirées depuis la voie rapide, à environ 150 mètres derrière le ministère de la Santé, a précisé le général de division Supakit Srichantranon, chef de la police de Nonthaburi.

Le colonel de police Somsakchai Amornsongcharoen, commandant du district central, a ajouté que la police avait aussi examiné un immeuble qui surplombe la voie express, situé sur le même côté de la route Ngam Wong Wan, et à partir duquel il serait possible d’atteindre le ministère de la Santé avec un lance-grenade.

Aueychai Moonsiri, un fonctionnaire de l’Institut des urgences médicales âgé de 37 ans, a été témoin de l’attaque. Il a assuré avoir entendu la première grenade exploser et vu la fumée dégagée par la seconde explosion quelques minutes plus tard.

Source : Bangkok Post (article mis en ligne le 24 mars 2010)

Udon Thani : un homme est accusé de viol sur mineures

UDON THANI, le 20 mars 2010 – Monsieur Tong, un homme de 27 ans originaire d’Udon Thani [et qui n'a aucun rapport avec le propriétaire d'un bar bien connu dans cette ville], a été arrêté hier pour le viol présumé de plusieurs filles mineures dans un resort (centre de villégiature) situé dans le village de Ban Bang (province d’Udon Thani).

Une jeune fille a signalé qu’elle avait été violée et d’autres victimes se sont manifestées. La police enquête.

Source : Udon Map (information mise en ligne le 20 mars 2010)